Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Transe-position

Transe-position

Journal d'une néophyte en hypnose

Comment lancer son activité ?

C’est bien beau d’avoir un joli diplôme et les compétences qui vont avec, il reste encore du chemin avant de pouvoir pratiquer au quotidien. Et pour cette étape, on est un peu livré à nous-même pour s’organiser et savoir comment s’y prendre.

Les premières questions à se poser tournent autour de la manière dont on souhaite travailler : Seul(e) dans un cabinet ou dans un cabinet partagé ? Si partagé, avec quels professionnels, de santé ou de bien-être ou d’autres domaines encore ? A temps plein ou à temps partiel ? Et partiel comment ? Dans ma ville ou dans celle d’à côté ?

Bien sûr, les réponses à ces questions sont toutes personnelles et dépendent de nombreux paramètres : les opportunités, les envies et préférences, le contexte familial, la concurrence, le public potentiellement concerné, et j’en passe et des meilleures.

Il peut sembler compliqué de répondre à tout cela en même temps, pourtant si on laisse parler son cœur ou son intuition, certains choix se font d’eux même. A moins qu’on ne soit adepte des listes pour peser le pour et le contre de chaque possibilité. On  peut encore se projeter dans chacune des situations possibles, prendre le temps d’observer ce que chacune suppose, et identifier ainsi laquelle est la plus évidente. Chacun sa façon de procéder.

Le tout est de garder en tête ce qui est réellement important pour soi et sur lequel on ne transigera pas. Et également de rester flexible pour saisir des éventualités auxquelles on n’aurait pas pensé.

Dans mon cas, je souhaite gagner en disponibilité par rapport à ma famille, ce que je pourrai faire si je travaille à proximité de mon domicile, dans une petite ville donc. Je reste pourtant ouverte à la possibilité de travailler ponctuellement dans la grosse agglomération voisine, s’il s’avère que c’est plus simple pour les personnes que j’accompagne.

Une fois qu’on y voit plus clair sur ce que l’on souhaite, reste à savoir comment s’y prendre. Parce que c’est très utile de se documenter sur la destination de nos prochaines vacances, de s’y plonger complètement en lisant et s’informant dans les moindres détails. Ca fait saliver d’avance de tous les bons moments et les beaux paysages qui nous attendent. Et se retrouver à l’aéroport sans billet, sans valise et sans passeport, ce serait quand même dommage, non ?

Comment lancer son activité ?

Je sors tout juste de cette question du « Comment démarrer ? Quelle route emprunter ?» et même si j’ai fait des choix, je n’en mesure par encore les conséquences.

Ce que je peux en dire pour l’instant, c’est qu’au départ, j’avais un peu peur de cette étape-là, surtout pour la partie communication. Je n’ai pas franchement l’âme d’une commerciale et je me sentais mal à l'aise à l'idée de faire de la pub. Ça ne collait pas avec mon activité, avec la façon dont j’appréhendais ma pratique. Et puis je me suis rendue à l’évidence : les gens ne risquaient pas de se bousculer au portillon s’ils ne savaient même pas que je pouvais leur apporter quelque chose ! Il fallait donc bien que je me fasse connaître, d’une façon ou d’une autre.

Alors j’ai commencé par faire ce que je savais faire : écrire. Je me suis attelée à construire un site Internet qui me ressemble, dans lequel j’explique simplement qui je suis et comment je travaille. Rien de tapageur, rien d’aguichant, je mise sur la sincérité et je fais confiance à ma spontanéité. La même que celle qui me fait écrire des billets de blog.

En parallèle, je parle toujours autant d’hypnose autour de moi, et je n’hésite pas à dire que je suis en cours d’installation et que je recherche un cabinet à partager. Je guette aussi les annonces et entre en contact avec les professionnels installés dans ma petite ville. Je continue également de proposer à mon entourage des séances gratuites pour faire découvrir l’hypnose.

Moi qui suis d'habitude très linéaire, prévoyant les étapes les unes après les autres, je me découvre un côté plus créatif, qui d’ordinaire se manifeste davantage dans mes  activités artistiques. Et puis surtout, je fais confiance. A qui ? Je ne saurais pas vraiment le nommer, quelque chose qu’on pourrait appeler la providence, le hasard, une bonne étoile ou confiance en la vie, tout simplement. Et puis, surtout, je me fais confiance à moi, pour saisir les opportunités qui se présenteront, pour rebondir quand ce sera nécessaire. Pour prendre ce qui est bon pour moi et laisser le reste. Pour suivre mon intuition, écouter mon inconscient.

Ah, et puis j’oubliais l’essentiel, je prends un plaisir fou à tout ça, j’en retire de la fierté et du bonheur. Encore une bonne raison de sortir de sa zone de confort : y trouver du plaisir là où on s’attendait à galérer !

Commenter cet article